Chapitre 11: Collaboration avec les conseils d’école, les comités de participation des parents et les communautés

L’éducation est une responsabilité partagée. Les conseillères et conseillers scolaires font partie d’une équipe qui inclut les parents, les élèves, les enseignantes et enseignants, les autres membres du personnel scolaire, des organismes communautaires, des groupes d’intérêt ainsi que le gouvernement provincial et ses organismes.

L’implication des parents et des membres de la communauté dans le système d’éducation enrichit le milieu d’apprentissage et contribue directement au rendement et au bien-être des élèves. Une participation communautaire dynamique contribue aussi à l’édification de communautés axées sur la vie démocratique.

Les conseils scolaires peuvent promouvoir un partenariat sain avec les parents et les membres de la communauté en veillant à ce que ceux-ci :

  • aient facilement accès aux écoles et au système scolaire et y soient bien accueillis;
  • aient pleinement accès aux informations pertinentes sur les politiques, les programmes et les services éducatifs;
  • aient des occasions valables de contribuer aux décisions qui se prennent à l’école et au conseil.

Des partenariats solides entre les écoles et les communautés sont des facteurs d’enrichissement mutuel. Chaque école offre de vastes ressources à la communauté, notamment ses installations (intérieures et extérieures), son équipement et son matériel, les divertissements qui s’y déroulent (manifestations sportives et artistiques), ses ressources humaines (personnel et élèves), les programmes destinés aux élèves et les cours offerts à toute la communauté.

Promouvoir la participation des parents

La plupart des parents veulent savoir trois choses : Qu’est-ce que mon enfant est censé faire et apprendre? Quels progrès mon enfant fait-il? Comment puis-je aider mon enfant?

Les stratégies de participation des parents devraient créer un climat accueillant pour les parents et faciliter leur participation à l’éducation de leurs enfants. Lorsque les écoles parviennent à mobiliser les parents, cela a un effet fort et positif sur le rendement des élèves.

Les avantages de la participation des familles à l’éducation de leurs enfants sont prouvés hors de tout doute. Les recherchent montrent que cette participation a un effet positif sur l’apprentissage et le rendement des enfants tant à l’élémentaire qu’au secondaire, ce qui se traduit par :

  • de meilleurs résultats scolaires;
  • des aptitudes cognitives supérieures;
  • de meilleures compétences en résolution de problèmes;
  • plus de plaisir à fréquenter l’école;
  • une meilleure assiduité;
  • une réduction des problèmes de comportement à l’école.

Des études montrent que les enfants dont les parents participent à leur éducation ont aussi un plus grand développement socio-affectif, notamment :

  • une plus grande résistance au stress;
  • une satisfaction de vie plus élevée;
  • davantage d’autodétermination et de maîtrise de soi;
  • une plus grande adaptation sociale;
  • une meilleure santé mentale;
  • des relations offrant un meilleur soutien;
  • de meilleures aptitudes sociales;
  • des relations plus positives avec leurs pairs;
  • une plus grande tolérance;
  • des mariages plus réussis;
  • des comportements moins délinquants.

Tous ces avantages se maintiennent de l’enfance à l’âge adulte (voir la note 9 à la page 152).

La participation des parents prend de multiples formes, dont voici des exemples :

  • certains parents siègent à un conseil d’école, un comité de participation des parents ou un comité consultatif du conseil;
  • d’autres font du bénévolat pour les excursions et les activités scolaires;
  • beaucoup de parents et de familles s’assurent qu’un lieu tranquille est réservé aux devoirs à la maison;
  • des parents font la lecture aux enfants et les aident à faire leurs devoirs;
  • des parents rencontrent les enseignantes et les enseignants;
  • des parents prennent le temps de parler avec leurs enfants de leur journée à l’école.

Quelles que soient leurs activités à l’école ou à la maison, les parents peuvent avoir un engagement authentique dans l’éducation de leurs enfants et contribuer ainsi à leur réussite.

Politique de participation des parents

La politique de participation des parents repose sur une vision de ceux-ci qui reconnaît leur importance à la fois comme partenaires estimés et comme participants actifs à l’éducation de leurs enfants. Exposée dans Partenariat avec les parents : politique de participation des parents pour les écoles de l’Ontario (www.edu.gov.on.ca/fre/parents/involvement/PE_Policy2010Fr.pdf), cette politique :

  • reconnaît, encourage et soutient de nombreuses formes de participation des parents;
  • reconnaît et soutient le rôle important que jouent les parents en contribuant à l’apprentissage de leurs enfants à la maison et à l’école;
  • met de l’avant des stratégies visant à supprimer les obstacles à la participation des parents (p. ex., communications et langue);
  • aide les parents à acquérir les compétences et les connaissances dont ils ont besoin pour s’impliquer et participer à l’apprentissage de leurs enfants;
  • donne aux parents l’occasion de s’exprimer à l’échelle locale (p. ex., comités de participation des parents, conseils d’école, entretiens avec le personnel enseignant et la direction d’école).

La politique présente la vision de la participation des parents, énonce quatre stratégies en vue de favoriser cette participation et comprend un plan d’action pour les écoles, les conseils scolaires et le ministère de l’Éducation. Elle présente également certaines des nombreuses pratiques exemplaires mises en œuvre dans l’ensemble de la province. Le texte intégral de la politique est disponible à l’adresse www.edu.gov.on.ca/fre/parents/involvement.

Deux groupes officiels favorisent l’engagement des parents : les conseils d’école et les comités de participation des parents (CPP). Le mandat et la structure de chacun de ces groupes sont prévus dans le Règlement de l’Ontario 612/00 (Conseils d’école et comités de participation des parents).

Au ministère de l’Éducation, le Bureau de la participation des parents contribue à l’élaboration et à la mise en œuvre d’initiatives de participation des parents dans toute la province, afin d’appuyer le rendement et le bien-être des élèves. De plus, le Ministère fournit des fonds aux conseils scolaires pour qu’ils soutiennent leurs conseils d’école et leurs CPP.

Rôle des conseils d’école

Des conseils d’école dynamiques et engagés offrent aux parents, tutrices et tuteurs un moyen efficace de contribuer à l’apprentissage de leurs enfants. Toutes les écoles ontariennes financées par les fonds publics sont tenues d’avoir un conseil d’école. Améliorer le rendement des élèves et promouvoir le principe de responsabilité comptent parmi les principaux objectifs des conseils d’école. Composé de représentan-tes et représentants des parents, de l’école et de la communauté, chaque conseil d’école conseille la direction de l’école et, au besoin, le conseil scolaire afin que l’école réponde aux besoins locaux et reflète les valeurs locales.

Des conseils d’école forts aident à édifier des communautés scolaires fortes. Un conseil d’école permet à tous les membres de la communauté scolaire d’être consultés et de partager des avis et des informations. Il est encouragé à présenter et à faire connaître le point de vue de la communauté et à adopter des pratiques transparentes, inclusives et participatives.

Le Règlement de l’Ontario 612/00 confère un rôle consultatif aux conseils d’école, qui sont habilités à donner des conseils sur tous les sujets aux directrices et directeurs d’école et, au besoin, aux conseils scolaires. Les conseils scolaires et les directrices et directeurs d’école doivent prendre en considération toutes les recommandations présentées par les conseils d’école et y répondre. Pour aider les membres des conseils d’école, le Ministère a publié Conseils d’école : Un guide à l’intention des membres ainsi que Quelques idées pour les conseils d’école. Ces deux documents sont disponibles sur le site Web du Ministère à l’adresse www.edu.gov.on.ca/fre/general/elemsec/council.

Les conseils scolaires et les directions d’école doivent consulter les conseils d’école avant de prendre des décisions sur certaines questions. Le Règlement de l’Ontario 612/00 et le guide mentionné ci-dessus présentent une liste de ces questions. Pour leur part, les conseils d’école doivent consulter les parents de leur communauté scolaire au sujet des questions qu’ils examinent.

Les conseils d’école sont tenus de fonctionner dans le respect des règlements provinciaux et des politiques pertinentes de leur conseil scolaire. Les conseils scolaires sont encouragés à collaborer avec les conseils d’école pour veiller à ce que les règlements provinciaux et les politiques du conseil scolaire soient bien compris et que tout le monde s’y conforme.

Rôle des comités de participation des parents (CPP)

Chaque conseil scolaire est tenu d’établir un CPP. Le Règlement de l’Ontario 612/00 prévoit la composition et les fonctions de ce comité. Le Ministère fournit des fonds pour financer les travaux des CPP.

Les CPP sont des organismes consultatifs qui permettent la participation des parents au niveau des conseils scolaires. Leur mission consiste à soutenir, à encourager et à accroître un engagement véritable des parents afin d’améliorer le rendement et le bien-être des élèves dans l’ensemble du conseil et de ses écoles. Les CPP ont un caractère officiel et jouent un rôle consultatif important auprès des conseils scolaires. Ils sont vraiment dirigés par les parents, car ceux-ci en forment la majorité des membres et en assument la présidence et la vice-présidence. La directrice ou le directeur de l’éducation, un membre du conseil scolaire et jusqu’à trois représentants de la communauté y siègent également. Si les règlements administratifs du conseil le prévoient, le CPP peut comprendre d’autres membres, notamment une directrice ou un directeur d’école et des membres du personnel enseignant et du personnel de soutien.

Tandis que les conseils d’école sont des organismes consultatifs au niveau des écoles, les comités de participation des parents s’occupent de questions touchant plus d’une école. Un CPP donne au conseil scolaire des renseignements et des conseils sur des stratégies et des pratiques efficaces de participation des parents. De plus, il communique avec les conseils d’école et les appuie, et il entreprend des activités pour aider les parents à soutenir l’apprentissage de leurs enfants à la maison et à l’école. Le règlement sur les CPP prévoit également que le Ministère peut demander l’avis de ces comités sur des questions relatives au rendement et au bien-être des élèves.

Les CPP peuvent aider les conseils scolaires en déterminant des stratégies en vue d’accroître la participation des parents, notamment en rejoignant les parents qui ont de la difficulté à participer parce qu’ils ne parlent pas la langue d’enseignement de leurs enfants, qu’ils sont des immigrants récents, qu’ils sont pauvres, qu’ils viennent d’arriver dans le système scolaire, ou pour d’autres raisons. Les CPP peuvent promouvoir les initiatives des conseils d’école, encourager le dialogue sur les politiques pertinentes du conseil, et aider à diffuser des pratiques efficaces favorisant la participation des parents à l’apprentissage de leurs enfants. Ils peuvent également aider à définir les besoins en formation des parents et des conseils d’école à l’échelle du conseil, et contribuer à la mise au point d’ateliers, de forums et de conférences afin de répondre à ces besoins.

Le ministère de l’Éducation a créé des ressources pour appuyer les CPP, y compris une fiche de renseignements sur les CPP, des conseils pour gérer efficacement les réunions des CPP ainsi qu’un guide pratique à l’intention des membres des CPP intitulé Pour faire une différence.

De plus, le Ministère organise un colloque annuel des CPP, qui réunit des parents des quatre coins de la province et des membres du personnel du Ministère afin de discuter de l’importance de la participation des parents pour appuyer le rendement et le bien-être des élèves dans le système d’éducation financé par les fonds publics de l’Ontario.

Subventions pour la participation et l’engagement des parents (PEP)

Les subventions pour la participation et l’engagement des parents (PEP) encouragent les parents à s’impliquer aux niveaux local, régional et provincial. Elles ont pour but de les aider à cerner les obstacles qui empêchent les parents de leur collectivité de s’engager et à trouver des solutions locales pour amener davantage de parents à s’impliquer dans l’apprentissage de leurs enfants.

Il y a deux types de subventions :

  • Les subventions PEP destinées aux conseils d’école appuient des projets favorisant l’engagement des parents à l’échelle des écoles.
  • Les subventions PEP destinées aux projets régionaux et provinciaux sont versées à des organismes de parents, des CPP et des conseils scolaires financés par les fonds publics, ainsi qu’à des organismes à but non lucratif et des établissements ontariens d’enseignement postsecondaire qui travaillent en partenariat avec des parents.

De l’année scolaire 2006-2007 à l’année scolaire 2014-2015, le gouvernement a versé plus de 15 000 subventions PEP destinées aux conseils d’école ainsi que 568 subventions PEP destinées aux projets régionaux et provinciaux.

Pour obtenir plus de renseignements sur les conditions à remplir et les échéances à respecter, voir la page Web à l’adresse www.edu.gov.on.ca/fre/parents/reaching.html.

Promouvoir la participation de la communauté

Les conseils et les communautés scolaires peuvent encourager des partenariats avec :

  • des professionnels, des personnes âgées et d’autres membres de la communauté;
  • des associations communautaires comme des organismes multiculturels, des sociétés de bienfaisance et des coalitions de citoyennes et citoyens;
  • des garderies et des groupes communautaires (YMCA, clubs d’enfants ou d’adolescents);
  • des institutions religieuses et des églises locales;
  • des artistes, des musiciens et des organismes culturels;
  • des municipalités (pour les parcs, les bibliothèques et d’autres ressources communautaires);
  • des collèges communautaires et des universités;
  • des services de police et de lutte contre les incendies;
  • des établissements de soins de santé comme des hôpitaux, des foyers de soins infirmiers et des cliniques de médecine familiale;
  • le secteur privé, comme des entreprises et des chambres de commerce.

Tous ces partenaires éventuels peuvent contribuer à enrichir la qualité de la vie dans les communautés scolaires.

Engager la communauté

L’engagement de la communauté envers l’éducation publique valorise le droit des membres de la communauté de contribuer aux décisions qui touchent la vie et l’éducation de leurs enfants. Ce processus vise à tisser des liens avec des membres de la communauté qui travailleront comme partenaires du conseil scolaire et appuieront sa mission afin de faire de la communauté un endroit où il fait mieux vivre.

La Loi sur l’éducation souligne l’importance d’engager la communauté lorsque le conseil élu définit son orientation stratégique et se fixe des objectifs. Les conseillères et conseillers sont censés consulter les parents, les élèves et les électeurs avant d’établir le plan stratégique pluriannuel du conseil, et ils sont tenus de les renseigner au sujet du plan et de leur rendre compte des progrès réalisés dans sa mise en œuvre. Ainsi, le plan manifeste la réceptivité et la responsabilité du conseil, tout en exprimant les valeurs et les priorités de la communauté.

L’engagement de la communauté n’est pas un exercice de relations publiques; c’est un processus collaboratif qui vise à en arriver à un commun accord sur les solutions à retenir pour régler des problèmes définis ou pour donner suite à des besoins ou à des priorités de la communauté.

Comment les conseillères et conseillers scolaires peuvent appuyer et promouvoir le point de vue des parents et de la communauté

Les conseillères et conseillers scolaires peuvent appuyer le travail des conseils d’école et du comité de participation des parents (CPP) de leur conseil :

  • en mettant en valeur le rôle des conseils d’école et du CPP dans la communauté;
  • en facilitant la communication entre les conseils d’école dans leur circonscription;
  • en aidant à établir des contacts entre les conseils d’école et les communautés et entre le conseil et son CPP;
  • en fournissant un lien pour les communications entre les conseils d’école, le CPP et le conseil;
  • en veillant à ce que le conseil établisse des politiques sur les conseils d’école, en consultation avec ces derniers;
  • en faisant en sorte que les conseils d’école puissent contribuer à l’élaboration des politiques du conseil scolaire sur les questions énumérées dans le Règlement de l’Ontario 612/00;
  • en veillant à ce que le conseil scolaire informe les conseils d’école ou le CPP des mesures qu’il a prises en réponse aux conseils reçus – Remarque : Un conseil scolaire n’est pas tenu d’accepter les recommandations d’un conseil d’école ou du CPP, mais il doit informer celui-ci de ce qu’il a choisi de faire ou de ne pas faire;
  • en évaluant les mécanismes du conseil scolaire pour répondre aux conseils d’école;
  • en s’assurant que les conseils d’école et le CPP connaissent les politiques pertinentes du conseil scolaire;
  • en veillant à ce que toute personne siégeant à un conseil d’école ou au CPP se conforme aux règlements et aux politiques du conseil scolaire;
  • en préconisant et en encourageant la collaboration entre le conseil scolaire, les conseils d’école, le CPP et la communauté scolaire dans son ensemble.
Inviter le public à participer

Les conseillères et conseillers scolaires ont un rôle important à jouer pour informer les conseils d’école et les membres de la communauté de la façon dont ils peuvent influencer le processus décisionnel au niveau du conseil scolaire, soit en organisant des délégations de membres du public, soit en participant aux travaux de comités consultatifs. Tous les conseils scolaires ont des directives administratives sur l’accueil de délégations du public aux réunions du conseil ou de ses comités permanents. Certains conseils disposent aussi de comités consultatifs chargés de présenter les points de vue des parents, des élèves des écoles secondaires et des membres de la communauté. Dans tous les cas, l’objectif est de solliciter l’apport du public d’une façon ciblée, inclusive, rapide et accessible.

Établir des liens dans la communauté

En plus de siéger au conseil scolaire, des conseillères et conseillers sont aussi membres d’autres conseils dans la communauté, comme ceux des bibliothèques, des services de santé régionaux, des hôpitaux et des chambres de commerce. Les conseillères et conseillers scolaires peuvent aussi faire partie de sociétés de bienfaisance œuvrant dans la communauté. Bien que cette participation ne soit pas exigée, le fait de créer des liens avec d’autres services et organismes de la communauté renforce la compréhension mutuelle des besoins des élèves et de leurs familles et suscite la confiance dans l’éducation financée par les fonds publics.

Stratégies gagnantes pour obtenir la participation des communautés au travail essentiel des conseils scolaires

Voici des pratiques et des principes importants :

Croyez-y. Un conseil scolaire ne devrait pas considérer la participation de la communauté comme un projet parmi tant d’autres, mais bien comme une façon de s’acquitter de son mandat. Il s’agit d’un outil de gestion orienté vers un but.

Faites preuve de responsabilité. Faites savoir au public que les leaders du conseil croient à la participation de la communauté, et tirez au clair les rôles et les responsabilités en matière de communications. Faites savoir au public que sa contribution a une influence sur les résultats, et tenez tous les auditoires au courant des progrès de votre planification stratégique.

Faites preuve de transparence. Les informations, les pratiques opérationnelles et les processus décisionnels du conseil devraient être très visibles et facilement accessibles et faire place à la participation.

Développez la confiance. Il s’agit de nouer ou de rétablir des relations avec divers groupes d’intervenants, y compris les membres du personnel, les élèves, les parents, les bénévoles, les membres de la communauté et les chefs d’entreprise.

Connaissez les communautés du conseil. Parvenez à connaître en profondeur les divers intervenants. Prenez le temps de recueillir plus de renseignements si cela est nécessaire.

Utilisez efficacement les outils de communications déjà en place. Ne sous-estimez pas le pouvoir de messages clairs et succincts dans les bulletins à l’intention des parents et les médias locaux. Tirez parti de tout rassemblement dans une école. Demandez à prendre la parole devant des organisations locales de citoyens. La plupart des gens veulent savoir ce qui se passe et sont prêts à appuyer l’éducation publique.

Faites appel à la technologie et aux communautés en ligne. Les médias en ligne contribuent à donner une voix aux citoyens soucieux de l’éducation publique qui ne veulent pas se présenter à des activités où le public est appelé à participer.

Utilisez un langage clair et simple. Considérez chaque message comme un « rapport aux actionnaires ». Ne supposez pas que les gens sont déjà au courant. Chaque message devrait être parfaitement autonome. N’ayez recours au vocabulaire de l’éducation que si c’est absolument nécessaire, et définissez alors les termes que vous employez. Vos efforts pourraient être en pure perte si les gens ne comprennent pas bien les termes importants. Un conseil pourrait adopter une politique exigeant que tous ses documents soient rédigés dans un langage clair et simple.

Utilisez des graphiques et des listes lorsque la situation s’y prête. Un graphique attrayant ou une série de points est plus facile à comprendre qu’un long texte dense.

Communiquez les messages clés de la façon la plus propre à rejoindre le public visé. Les gens veulent entendre les messages clés, sans connaître dans les détails le processus qui a été suivi.

Formulez les questions essentiel-les pour orienter le dialogue. La réflexion peut être stimulée par des questions très précises. Invitez donc les intervenants à répondre à de telles questions. Une discussion publique non orientée risque de sombrer dans la confusion et la surenchère.

Prévoyez un processus clair et ouvert. Organisez des rencontres de discussion ou de consultation et donnez-leur une vaste publicité. Invitez les principaux groupes qui risquent de remettre en question une mesure ou une orientation proposée.

Organisez bien le déroulement des discussions publiques. Envisagez de limiter le temps de parole à trois ou quatre minutes par personne, et invitez les gens qui font un exposé à en fournir un bref résumé qui en constituera le « compte rendu officiel ». Il ne sera plus nécessaire de tout prendre en note, cela réduira les malentendus sur ce qui a effectivement été dit, et de nombreuses personnes pourront faire valoir leur point de vue.

Prônez la courtoisie. Pendant les échanges, il faudrait rappeler aux gens que chacun a le droit à son avis et qu’ils doivent demeurer courtois au cours des débats.

Insistez sur la prise en charge locale. Expliquez bien que la population est partie prenante à la question de fond, au processus, au résultat des discussions et à la décision finale qui sera prise.

Une fois la décision prise, prévoyez un processus clair pour la contester. Une fois le débat terminé et la décision prise, veillez à faire connaître le processus ayant permis d’en arriver à cette décision. Assurez-vous que tout le monde est informé par écrit du processus de contestation – s’il y en a un – et, s’il y a toujours des mécontents, offrez-leur de s’en prévaloir.

Découvrez de nouvelles façons de procéder. Faites preuve de créativité pour encourager les intervenants à s’engager activement au sein du conseil et de ses écoles. Qu’il s’agisse des parents, des personnes âgées, des gens d’affaires ou des groupes religieux, faites le nécessaire pour leur communiquer de l’information et invitez-les à s’informer davantage et à participer de la manière qui leur convient le mieux.

Rendez vos écoles accueillantes. Comment les membres de la communauté se sentent-ils à l’idée de se rendre dans les écoles? Sont-ils bien accueillis, puisqu’ils sont les clients du conseil scolaire, ou leur fait-on sentir qu’ils dérangent?

Pour obtenir plus de renseignements sur la façon de communiquer efficacement avec le public et les médias, voir le chapitre 12, Communications, relations avec les médias et médias sociaux.